Les plus appréciés

Mark Wingfield – Tales From The Dreaming City

ParGabriel 13 juillet 2018Aucun commentaire
Accueil  /  Jazz-Rock  /  Mark Wingfield – Tales From The Dreaming City

Mark Wingfield

 / Tales From The Dreaming City


(3/5)
Label: MoonJune Records   
Genres:  Jazz-RockRock Progressif

Formation:  MARK WINGFIELD : guitares, --- YARON STAVI : guitare basse fretless --- ASAF SIRKIS : batterie, chant konnakol (10) --- Invité spécial DOMINIQUE VANTOMME synth soloist (3, 5, 9, 10)

  • 1. The Fifth Window
  • 2. I Wonder How Many Miles I've Fallen
  • 3. The Way To Hemingford Grey
  • 4. Sunlight Cafe
  • 5. Looking Back At The Amber Lit House
  • 6. This Place Up Against The Sky
  • 7. At A Small Hour Of The Night
  • 8. A Wind Blows Down Turnpike Lane
  • 9. Ten Mile Bank
  • 10. The Green-Faced Timekeepers

Mark Wingfield propose avec son album « Tales From The Dreaming City » dix titres à la manière de clichés instantanés. Ses compositions abstraites et complexes évoluent dans un style jazz rock progressif et sont faites de manière à stimuler les sens. Dans cet exercice il est accompagné de musiciens chevronnés qui ont pour nom : YARON STAVI à la basse, ASAF SIRKIS à la batterie et en invité DOMINIQUE VANTOMME aux synthés. (http://progcritique.com/2018/03/vantomme-vegir/).

Ne pas rendre ennuyeux un album instrumental réalisé par des virtuoses de l’envergure de Mark, rend l’exercice difficile. Au travers de ses compositions Mark dessine les paysages qu’il imagine, un véritable conte urbain se déroule au fil des titres, l’auditeur n’a plus qu’à se laisser embarquer pour ce voyage inter cité. Le premier titre « The Fith Windows » manque cruellement de relief, bien trop convenu malgré de belles performances musicales et ne permet pas de prendre le départ. Le suivant « I Wonder How Many Miles I’ve Fallen » développe de bonnes idées musicales et retient l’attention, mais de manière trop diffuse. Le correct « The Way To Hemingford Grey » permet à l’album de prendre son envol, un titre qui bénéficie d’une mise en forme dynamique et d’un rythme intelligent. Le régime de croisière est enfin atteint avec « Sunlight Cafe » ingénieux et lumineux. La tendance se confirme avec « Looking Back At The Amber Lit House » un modèle du genre qui sans révolutionner le monde du jazz rock, est doté d’un thème mélodique bien troussé et séduisant qui laisse l’initiative aux incursions instrumentales de nos virtuoses. Plus difficile d’accès « This Place Up Against The Sky » est un titre à la fois démonstratif et expérimental, qui si l’on s’en donne la peine peut s’avérer captivant et enivrant.

Je suis un peu moins enthousiaste à l’écoute de « At A Small Hour Of The Night » qui se traîne en longueur, sans mélodie bien précise et prétexte à quelques démonstrations instrumentales sans intérêts. Ouf ! Mark reprend le chemin créatif pour « A Wind Blows Down Turnpike Lane » qui offre une versatilité musicale de première sur un jeu d’arrangements et de développements tout en finesse. Et effectivement, comme le dit le vieil adage, on garde le meilleur pour la fin, « Ten Mile Bank » dévoile un jazz rock / rock progressif d’une inspiration sans faille qui sied à merveille aux musiciens aguerris qui entourent Mark. « The Green-Faced Timekeepers » est quant à lui bourré d’une belle énergie, vivant et inspiré il permet de terminer l’écoute de ce CD sur une note positive.

Au final le bilan est mitigé, « Tales From The Dreaming City » est inégal, dommage, il n’en reste pas moins, pour les amateurs de jazz rock teinté de progressif, un album à découvrir !

Ten Mile Bank


Genres:
  Jazz-RockRock Progressif
Visiter le site de Mark Wingfield
cette critique a été partagée 0 fois
 500
A propos de

 Gabriel

  (418 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.