Les plus appréciés

Subsignal – La Muerta

ParGabriel 28 mai 2018Aucun commentaire
Accueil  /  Néo Progressif  /  Subsignal – La Muerta

Subsignal

 / La Muerta


(3.5/5)
Label: Gentle Art Of Music   
Genres:  Néo ProgressifRock Progressif

Formation:  Markus Steffen / guitares --- - Arno Menses / chant --- - Ralf Schwager / basse - Markus Maichel / claviers --- - Dirk Brand / batterie --- Avec - Marjana Semkina (Iamthemorning) / chant piste 11

  • 1. 271 Days
  • 2. La Muerta
  • 3. The Bells of Lyonesse
  • 4. Every Able Hand
  • 5. Teardrops Will Dry in Source of Origin
  • 6. The Approaches
  • 7. Even Though the Stars Don't Shine
  • 8. The Passage
  • 9. When All the Trains Are Sleeping
  • 10. As Birds on Pinions Free
  • 11. Some Kind of Drowning

Cet album « La Muerta » , qui sort chez le label Gentle Art Of Music, représente une évolution dans la musique du groupe allemand SUBSIGNAL, moins aventureux et complexe que ses prédécesseurs, je pense notamment à « The Beacons of Somewhere Sometime » leur dernière production parue en 2015. Le groupe offrait à l’époque un rock progressif développé et s’aventurait même dans une suite en quatre parties de plus de 23 minutes. Vous l’aurez compris, SUBSIGNAL à choisit de réduire la durée des onze titres présents sur cet opus, ils se situent pour la plupart autour des quatre à cinq minutes, le plus long ne dépassant pas les huit minutes. Le combo c’est donc, à priori, concentré sur les approches directes des mélodies sans aborder comme précédemment les développements musicaux et pièces épiques à tiroirs. La production à été confiée à Yogi Lang et Kalle Wallner qui officient tous les deux chez RPWL (groupe progressif tendance Pink Floyd), ils ont aussi participé en tant que musiciens à l’enregistrement de « La Muerta » .

La première écoute confirme bien que SUBSIGNAL c’est appliqué à composer un album marqué par le souci de l’efficacité, et à ce titre l’on peu découvrir : Après une courte introduction « 271 DAYS », de 1:04 minutes, le titre éponyme « La Muerta » qui ouvre les hostilités sur une intro parcimonieuse avant de laisser parler la poudre avec des riffs lourds et pesants, pour finir dans un calme serein. les deux titres qui suivent, « The Bells of Lyonesse » et « Every Able Hand » s’engouffrent alors dans un rock mélodique très eighties digne de Uriah Heep. Le morceau de bravoure de l’album « The Passage » 7 :23 minutes, renoue avec l’ambiance de début d’album, l’ampleur des claviers vole en éclats sous les splendides coups de boutoir conjugués de la guitare et de la batterie, intervenant fort à propos et ce terminant sur un duo guitare/piano en forte décélération. « When All the Trains Are Sleeping » s’écoute avec plaisir, parce que c’est un morceau construit sur les bases d’un rock FM que ne renierait pas TOTO.

Il n’en reste pas moins que « La Muerta » ne fait pas partie des meilleurs albums de SUBSIGNAL, ceci est dû en grande partie à certains titres du CD que je trouve dispensables (« The Approaches « ,  » Some Kind of Drowning  » malgré le chant de Marjana Semkin du groupe Iamthemorning), non pas que ces compositions soient mauvaises, mais quand même un cran en dessous de ce que nous propose habituellement la formation.

Tout ça pour dire, qu’il reste tout de même de très bonnes compositions que l’on prendra plaisir à écouter !


Genres:
  Néo ProgressifRock Progressif
Visiter le site de Subsignal
cette critique a été partagée 0 fois
 800
A propos de

 Gabriel

  (448 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.