Les plus appréciés

Finally George

 / Life is a Killer


(5/5)
Label: GEMA/NNK   
Genres:  Crossover ProgRock Progressif

Formation:  Chant, Guitares, Basse, Claviers : Finally George --- Batterie et Percussions : Todd Sucherman --- Guitare Solo sur pistes 2 & 8 : Erlend Krauser --- Guitare Solo sur piste 4 : John Engehausen --- Guitare Solo sur piste 6 : Ralf Bittermann --- Guitares complémentaires sur pistes 1, 3,4,8 : Erlend Krauser --- Flûte sur piste 7 : Fiete Felsch --- Piano sur piste 10 : Matthias Pogoda --- Hammond A-100 sur pistes 4,5,8,10 : Detlef Bösche

  • 1. Tears of a million lies
  • 2. Walk with me
  • 3. She
  • 4. Ghost
  • 5. Remember me
  • 6. I´ll be there
  • 7. Time stands still
  • 8. Way home
  • 9. Human
  • 10. Life is a Killer

Un projet privé de Finally George (alias Georg Hahn) à l’origine non commercial est devenu de plus en plus professionnel, ce qui ne surprend pas étant donné que Finally George œuvre dans l’univers du son pour la scène musicale du studio de Hambourg. Pour « Life is a Killer » il joue les rôles de producteur, musicien et de compositeur. « J’ai toujours été inspiré par des groupes progressifs tels que Genesis, Blackfield et Supertramp. Contrairement à eux, cependant, je me concentre davantage sur les émotions ». Une pléiade de musiciens l’accompagne tout le long des dix titres de l’opus et notamment Todd Sucherman, le batteur du légendaire groupe de rock américain Styx.

L’ambiance de l’album voulue par Finally George est assez linéaire, pesante et sombre, rien de surprenant vu le thème choisi par le musicien. Le son est parfait et fait la part belle aux claviers et, bien entendu, au chant omniprésent de George, chaud et coloré. Au fil des morceaux, l’atmosphère sereine des intros met en place le climat des compositions. Un aperçu des morceaux les plus percutants s’impose, le premier titre « Tears of a million lies » très Génésien dans sa structure s’égare dans les tourbillons d’une musique tantôt progressive, tantôt pop, mais toujours intense.

Les pulsations des notes de synthés de « Walk with me » abordent un environment confusément electro, bien vite démenti par un refrain à l’approche mélodique dans la droite lignée de Supertramp. Les nappes brumeuses des claviers accompagnent le très lyrique et symphonique « She » , conventionnel mais qui tient fichtrement bien la route. Sans doute la pièce maîtresse de l’opus « Remember Me » déroule sa subtile mélodie sur presque 8 minutes, melting-pot cohérent, à la fois musical et lyrique, mais suffisamment diversifié pour rester intéressant tout au long du morceau. Dans une veine pop sophistiquée, mais toujours d’une conception aventureuse, « Human » se sert de riches sonorités pour donner de la saveur à un ensemble d’émotions. Pour terminer le titre éponyme « Life is a Killer » , morceau de choix, vous renverra dans un univers rock progressif et symphonique de très bonne facture, façon Neal morse.

L’écoute de ce « Life is a Killer » est un vrai bonheur et permet de découvrir en Finally George un artiste inspiré et créatif qui offre dix compositions extrêmement raffinées, il n’en faut pas plus pour ravir le mélomane exigeant !

OK, who’s picked up the Finally George CD? I’d love to know what you think about it!

Posted by Todd Sucherman on Monday, May 14, 2018

Genres:
  Crossover ProgRock Progressif
Visiter le site de Finally George
cette critique a été partagée 0 fois
 800
A propos de

 Gabriel

  (438 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.