Les plus appréciés

Vantomme – Vegir

ParGabriel 19 mars 2018Aucun commentaire
Accueil  /  Jazz-Rock  /  Vantomme – Vegir

Vantomme

 / Vegir


(4/5)
Label: Moonjune records   
Genres:  Jazz-RockRock Progressif

Formation:  DOMINIQUE VANTOMME: Fender Rhodes Piano Electrique, Piano, Mini Moog, Mellotron --- MICHEL DELVILLE: Guitare Electrique --- TONY LEVIN: Basse, Chapman Stick --- MAXIME LENSSENS: Batterie

  • 1. Double Down
  • 2. Equal Minds
  • 3. Sizzurp
  • 4. Playing Chess With Barney Rubble
  • 5. The Self Licking Ice-cream Cone
  • 6. Plutocracy
  • 7. Agent Orange
  • 8. Emmetropia
  • 9. Odin's Wig

Dominique Vantomme l’initiateur du projet VANTOMME, est pianiste, compositeur, chef d’orchestre, formateur musical et producteur. « Vegir » est né de ses aventures nomades à la rencontre du groupe Stick Men, où il se lie d’amitié avec le légendaire bassiste / sticker Tony Levin du King Crimson, qui participera à cet album. Les ont rejoint Michel Delville aux guitares (The Wrong Object, douBt; Machine Mass), et Maxime Lenssens à la batterie.

Les neufs titres de « Vegir » s’articulent autour d’un mélange subtil de rigueur musicale et de délires maîtrisés, le tout appuyé en permanence par une fabuleuse section rythmique. La coopération entre les musiciens se fait avec enthousiasme et vigueur, les compositions de Dominique prennent ainsi un relief des plus percutants et produisent une véritable synergie. Loin de verser dans un trop de technique, « Vegir » distille une musique où la démonstration musicale est bien entendue à l’honneur, avec de pareils virtuoses c’eut été dommage, mais les mélodies concoctées par Dominique restent accessibles, sensibles et colorées. Pour comprendre la philosophie de l’opus il suffit d’écouter le magnifique « Sizzurp » , un Jazz rock mélodique et débridé à la fois, où les instruments se répondent tour à tour entre eux de manière volubile. De façon différente, mais toujours aussi efficace, le morceau « Agent Orange » , à la mélodie délicieusement ensorceleuse, offre un condensé musical qui révèle une parfaite alchimie, on navigue dans un écrin diaphane d’où les tensions ne sont pas absentes.

Incontestablement un bon album où le jazz rock flirte avec le progressif, un disque brillant par la diversité de ses mélodies et sa virtuosité !


Genres:
  Jazz-RockRock Progressif
Visiter le site de Vantomme
cette critique a été partagée 0 fois
 600
A propos de

 Gabriel

  (398 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.