Les plus appréciés

TDW – Tom De Wit – The Antithetic Affiliation – The Idealist / The Cynic

ParGabriel 7 février 2018Aucun commentaire
Accueil  /  Métal Progressif  /  TDW – Tom De Wit – The Antithetic Affiliation – The Idealist / The Cynic
Album
du mois

TDW - Tom De Wit

 / The Antithetic Affiliation - The Idealist / The Cynic


(5/5)
Label: Layered Reality Productions   
Genres:  Métal ProgressifRock ProgressifRock Symphonique

Formation:  Tom de Wit – Vocals, Rhythm Guitars, Synths Hanna van Gorcum – Violin, Vocals Lennert Kemper – Guitar, Vocals Norbert Veenbrink – Guitar Joey Klerkx – Guitar, Vocals Vincent Reuling – Synths, Vocals Peter den Bakker – Bass Kenneth Martens – Drums

  • 1. The More We Remember - Part I
  • 2. The More We Remember - Part II
  • 3. The More We Remember - Part III
  • 4. The More We Remember - Part IV
  • 5. The More We Remember - Part V
  • 6. Anthem
  • 7. Lovesong
  • 8. Monolith - The Ascent
  • 9. Monolith – The Descent
  • 10. Aphrodisia
  • 11. Dirge
  • 12. Lest We Forget - Part I
  • 13. Lest We Forget - Part II
  • 14. Lest We Forget - Part III
  • 15. Lest We Forget - Part IV
  • 16. Lest We Forget - Part V

Superbe digipack que j’ai entre les mains, qui regroupe un double album composé de « The Antithetic Affiliation – The Idealist » et « The Antithetic Affiliation – The Cynic », complété par un  DVD qui permet de découvrit en acoustique la puissance scénique de TDW. Derrière ce patronyme nous trouvons Tom De Wit un musicien, multi instrumentiste, auteur compositeur, accompagné dans l’élaboration de cet impressionnant concept par une pléiade d’excellent musiciens regroupés sous le nom de Dreamwalkers Inc : Lennert Kemper (Guitares, Chant), Norbert Veenbrink (Guitares), Joey Klerkx (Guitares), Hanna van Gorcum (Violon), Vincent Reuling (Synthétiseurs, chant), Peter Den Bakker (Basse) et Kenneth. Martens (batterie). Le concept de « The Antithetic Affiliation » , sur une idée originale de Tom De Wit,  se décline autour des émotions humaines qui oscillent toujours entre la positivité et la négativité, devenant un cycle éternel et sans fin.

En ce qui concerne la matière musicale qui compose cet opus, nous sommes en présence d’un rock symphonique et d’un métal progressif, accessible, beau et facilement appréhendable, de plus le chant de Tom De Wit passe superbement bien. Dans The Idealist  le premier volet de « The Antithetic Affiliation » il suffit d’écouter « The More We Remember » une suite de plus de 22 minutes, qui ouvre l’album, pour placer le concept sur orbite, la composition est grandiose, les riffs de guitares sont puissants et entourent une mélodie qui sait bien souvent se faire légère et subtile. Le reste des compos présentes sur The Idealist se complètent superbement bien et offre une palette de rocks épiques comme « Anthem » et « Monolith – The Ascent » , le titre « Lovesong » quant à lui aborde le genre ballade mélodique et musclée avec réussite.

Le coté plus sombre et épais de TDW apparaît sur le deuxième opus The Cynic et ce dés «  Monolith – The Descent » , obsessionnel et puissant suivi du magnifique et majestueux « Aphrodisia » qui souffle le chaud et le froid, le long de ses 8 :21 minutes, et affiche quelques accointances mélodiques avec le grand Ayreon de Arjen Anthony Lucassen. La mélodie très accrocheuse de « Dirge » permet de détendre ses neurones avant l’introduction du plat de résistance qu’est « Lest We Forget » qui se décline en cinq parties. La pièce n’aura de cesse de varier de thèmes et genres musicaux pour maintenir en éveil l’oreille de l’auditeur, et bien pari réussi, pas de temps mort durant les 23 :16 minutes de celui-ci. Ce fabuleux titre envoie rythmes entraînants et breaks torturés, un savant mélange parsemé de passages atmosphériques plus que convaincants.

Très beau disque que ce double album, « The Antithetic Affiliation – The Idealist/The Cynic  » , les compositions de Tom De Wit jouent sur tous les registres d’un métal progressif/symphonique pour délivrer un opus inspiré, fin et racé !


Genres:
  Métal ProgressifRock ProgressifRock Symphonique
Visiter le site de TDW - Tom De Wit
cette critique a été partagée 0 fois
 300
A propos de

 Gabriel

  (370 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.