Les plus appréciés

Bobby PREVITE – Rhapsody

ParGabriel 21 février 2018Aucun commentaire
Accueil  /  Atmosphérique  /  Bobby PREVITE – Rhapsody

Bobby PREVITE

 / Rhapsody


(4.25/5)
Label: RareNoiseRecords   
Genres:  AtmosphériqueJazz-RockRock Progressif

Formation:  ZEENA PARKINS: harpe, --- JOHN MEDESKI: piano, --- NELS CLINE: guitares, --- FABIAN RUCKER: saxophone alto, --- JEN SHYU: voix, er hu, percussions, piano, --- BOBBY PREVIRE: batterie, guitare, autoharp, harmonica.

  • 1. Casting Off
  • 2. All The World
  • 3. The Lost
  • 4. Wen I Land
  • 5. The Timekeeper
  • 6. Coming About
  • 7. All Hands
  • 8. Last Stand / Final Approach
  • 9. I Arrive

Amateurs de King Crimson période Islands (1971) ou bien de Van der Graaf Generator, je vous conseille fortement « Rhapsody » de Bobby PREVITE, batteur de réputation internationale. Bobby est un compositeur et interprète dont le travail explore le lien entre la musique écrite et celle improvisée, il reste l’une des figures majeures de la scène New York Downtown des années 1980.

L’opus s’articule autour d’un concept qui prend pour thème le transit et la migration, à l’écoute des compositions l’auditeur se déplace vers un lieu inconnu et subit au cours du temps les aléas du voyage, jusqu’à la destination finale. « Rhapsody » est composé de neuf morceaux alternant passages instrumentaux et parties vocales chantées par Jen SHYU, qui prend le rôle de la narratrice de cet étrange aréopage. A l’instar du Roi Pourpre les mélodies ne sont pas toutes tracées, elles aiment surprendre et il faut garder son attention en éveil pour apprécier à sa juste valeur la musique de PREVITTE. Les deux premiers morceaux « Casting Off » et « All The World » restent abordables et versent à fond dans un rock progressif cyclique, le tout teinté d’interventions lumineuses et inspirées au saxophone (V.D.G.G n’est pas loin). Le titre « The Lost » placé en troisième position, avec son introduction minimaliste au piano est du genre beaucoup plus aventureux, se promenant sur une mélodie légèrement hachurée par des bruitages incongrus, accentuée par les cordes de la harpe sur la dernière partie du morceau, un titre particulier mais pas inintéressant.

Le magnifique « Wen I Land » prend sa source dans la musique jazz et classique, elle permet d’apprécier la subtilité et la finesse du chant de Jen SHYU, il est suivi du plus traditionnel « The Timekeeper » , une pièce qui louche elle aussi vers un rock épuré et éthéré. Propices aux improvisations « Coming About » et « All Hands » déploient dans leurs trames musicales les idées non conformistes développées depuis des décennies par Bobby. Douceur et volupté pour « Last Stand/Final Approach » et « I Arrive » les deux dernières pistes qui ne dérogent pas à une écriture rock classique et apportent une  touche planante et romantique à « Rhapsody » .

Un beau concept que propose Bobby PREVITE , il s’en dégage la force et la cohérence d’un rock puissant et intelligent !

Casting Off


Genres:
  AtmosphériqueJazz-RockRock Progressif
Visiter le site de Bobby PREVITE
cette critique a été partagée 0 fois
 600
A propos de

 Gabriel

  (429 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.