Les plus appréciés

Tokamak – Confessions

ParGabriel 11 décembre 2017Aucun commentaire
Accueil  /  Rock Progressif  /  Tokamak – Confessions

Tokamak

 / Confessions


(4/5)
Label: Autoproduction   
Genre:  Rock Progressif

Formation:  Jorge Dias : Chant --- Marcel Gallimard : Basse / Guitare --- Thierry Vidal : Guitare / chant --- Marc Gallimard : Batterie / chant --- Rémi Gallimard : Claviers, piano

  • 1. Confession
  • 2. Fake
  • 3. Make me deaf
  • 4. Soldier of pictures
  • 5. The race
  • 6. One life
  • 7. Shadows of mind

C’est avec un  grand plaisir que je chronique « Confessions » le petit dernier de Tokamak, le groupe Français originaire de Marseille. Le combo m’avait laissé un agréable souvenir à l’écoute de leur première publication « Solitude » en 2012. J’avais trouvé l’essai plus que prometteur et attendais avec impatience l’écoute de la dernière production parue en juillet de cette année, venant de recevoir le CD, je m’empresse de vous donner mon avis !

Tokamak propose avec « Confessions » certainement son meilleur album. Les Marseillais ont finalement décidé d’orienter leur musique vers un rock progressif nerveux et accessible, en s’éloignant des compositions de leur précédent opus et en abandonnant aussi le chant en français pour un anglais basique. Et force est de constater que Tokamak réussit fort bien la transition, super bien même, les sept titres déversent une musique toujours mélodique, le tout servi par la mise en œuvre d’une production aux petits oignons.

Et pour confirmer tout ceci, il faut avouer qu’un morceau comme le titre éponyme « Confessions » donne d’entrée une couleur particulière à l’opus et aborde avec cette composition pêchue et incisive une orientation néo-prog parfaitement maîtrisée. Le superbe « Make Me Deaf » démontrent lui aussi et immédiatement les facilités de composition d’un groupe qui réalise la synthèse d’un rock complexe à la frange du progressif et la régulation d’une rage électrique à fleur de peau. La formation se fend aussi d’une ballade acoustique « Soldier of pictures » tout bonnement jouissive et poignante, tant au niveaux du texte que de la mélodie. Et c’est par touches musicales successives que « One life » s’autorise des incartades dans un éclectisme salvateur, intro lente et psychédélique, nuages de claviers, des gros riffs qui tachent, un solo final époustouflant à la guitare et toujours la voix passionnée de Jorge Dias.

Les sept titres de ce deuxième album confirment l’extraordinaire potentiel de Tokamak, tant au  niveau de la composition que de l’interprétation !

Fake


Genre:
  Rock Progressif
Visiter le site de Tokamak
cette critique a été partagée 0 fois
 900
A propos de

 Gabriel

  (428 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.