Les plus appréciés

Swunk – Soundscapes

ParGabriel 27 décembre 2017Aucun commentaire
Accueil  /  Jazz-Rock  /  Swunk – Soundscapes

Swunk

 / Soundscapes


(3.75/5)
Label: Italy Sound Lab   
Genres:  Jazz-RockRock Progressif

Formation:  Saverio Giugliano: sax & Claviers --- Antonio Cece: guitares & programmation --- Daniele De Santo: basse --- Marco Fazzari: Batterie

  • 1. Standing On The Shoulders Of The Giant
  • 2. Savmarine
  • 3. Preambolo Primaverile
  • 4. Solaium
  • 5. 118
  • 6. Ore 22:00
  • 7. Buddha
  • 8. Travel

Difficile de donner une étiquette musicale au groupe SWUNK, originaire de Naples, qui publie en cette fin d’année l’album instrumental « Soundscapes » . En effet le combo propose un mélange, je dirais même un conglomérat parmi un ensemble de genres qui ont bercé nos 50 dernières années : rock, grunge, métal, rock-progressif, jazz, électronique, techno, soul et funk. SWUNK précise d’ailleurs « Les routes de la cohésion et de la fusion sont infinies! » .

Pour ma part, après plusieurs écoutes, je rapprocherais la musique de SWUNK des productions qui ont marquées par leur originalité et leur inventivité les prémices du Jazz-rock des années 70, comme celles de Lenny White avec Venusian Summer (1975) où le A Funky Thide Of Sings (1975) de Billy Cobham. Ces albums passaient outre, à leur époque, un archétype musical exacerbé par une débauche de technicité sans intérêt. Cet esprit se retrouve dans « Soundscapes » et ses sept titres qui naviguent loin d’un carcan musical ancestral, bien au contraire SWUNK se lance dans la quête d’une nouvelle image instrumentale variée issue de  constructions mélodiques appréhendables immédiatement. Priorité donc à la mélodie et à ce jeu là des compositions comme « Solaium » qui associe le Funk et le jazz et « Ore 22:00 » aux élans plus classiques et langoureux, démontrent à merveille la capacité du savoir-faire du groupe. En fait l’ensemble des morceaux de « Soundscapes » ont su parfaitement canaliser l’énergie des différentes influences et font ressortir après être passée à cette moulinette musicale, un condensé affichant une multitude d’orientations et clins d’œil. L’on pourra découvrir au fil de l’écoute de « Standing On The Shoulders Of The Giant » l’ombre de Al Di Méola dans l’excellent Orange And Blue (1994) ou bien encore sur « Buddha » la verve créatrice du Return Forever de Black Market (1976), mais pas seulement.

En fait SWUNK nous invite à picorer au fil de nos humeurs dans un album riche en émotions, en cette fin d’année ne nous privons pas de ce plaisir !


Genres:
  Jazz-RockRock Progressif
Visiter le site de Swunk
cette critique a été partagée 0 fois
 800
A propos de

 Gabriel

  (448 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.