Les plus appréciés

Panzerballett – X-Mas Death Jazz

ParGabriel 29 novembre 20171 Comment
Accueil  /  Jazz-Rock  /  Panzerballett – X-Mas Death Jazz

Panzerballett

 / X-Mas Death Jazz


(3.5/5)
Label: Gentle Art Of Misic   
Genres:  Jazz-RockRock Progressif

Formation:  Alexander Von Hagke : Saxophone, --- Heiko Jung : Basse, --- Jan Zehrfeld Chant / Guitares, --- Joe Doblhofer : Guitares, ---Sebastian Lanser : Batterie, --- Invités : Jen Majura : Guitares, -- Martin Strasser : Chant, -- Mattias "ia' Eklundh : Guitares, ---Mike Keneally : Chant, --- Steffen Kummerer : Chant.

  • 1. White Christmas
  • 2. Kling, Glockchen
  • 3. Little Drummer Boy
  • 4. Es Kommt Bald
  • 5. Last Christmas
  • 6. Rudolph, The Red-Nosed Reindeer
  • 7. For Whom The Jingle Bells Toll
  • 8. Let It Snow
  • 9. White Christmas (Instrumental)
  • 10. Rudolph, The Red-Nosed Reindeer (Instrumental)
  • 11. Es Kommt Bald (Instrumental)
  • 12. Let It Snow (Instrumental)

Vous aimez le rock progressif, le métal, le jazz mais aussi les chants de Noël et bien la dernière production « X-Mas Death Jazz » de Panzerballett risque de vous plaire !

Cet album aborde les plus grands standards de Noël en commencent par « White Christmas » de Irving Berlin (1940) interprété lors de sa création par Bing Crosby et effectivement si l’on reconnaît le refrain de celui-ci le développement métal jazz mis en œuvre par le groupe métamorphose littéralement cette composition en une tuerie assaisonnée à la sauce métal. « The Little Drummer Boy » de Katherine Kennicott Davis (1941) exacerbe le côté habituellement débridé de Panzerballett par une orchestration puissante et festive lui procurant une véritable jouvence. « Last Christmas » une chanson du duo anglais Wham (1984) est totalement méconnaissable et bénéficie d’un lifting enthousiasmant. « For Whom The Jingle Bells Toll » , (vive le vent en France), composé par James Pierpont (1857) swingue terriblement et donne une tout autre dimension à la mélodie originale. Le grand classique « Let It Snow » écrit par Sammy Cahn et Jule Styne (1945) profite d’un traitement rageur et électrique, concis et volubile, sa rythmique est en beton et son refrain pilonné de belle manière.

Sur les huit titres présents sur X-Mas Death Jazz certains sont un peu plus passe-partout et plus prévisibles, il faut dire que l’exercice de la reprise est difficile, quoi qu’il en soit le projet méritait d’être tenté !


Genres:
  Jazz-RockRock Progressif
Visiter le site de Panzerballett
cette critique a été partagée 0 fois
 400
A propos de

 Gabriel

  (328 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n’ai cessé d’écouter et d’apprécier ce style musical.
Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

1 commentaire

Laisser un message

Your email address will not be published.