Les plus appréciés

Marygold – One Light Year

ParGabriel 27 octobre 2017Aucun commentaire
Accueil  /  Rock Progressif  /  Marygold – One Light Year

Marygold

 / One Light Year


(4/5)
Label: Autoproduction   
Genre:  Rock Progressif

Formation:  Guido Cavalleri : Chant et flûte --- Massimo Basaglia : Guitare --- Marco Pasquetto : Batterie --- Stefano Bigarelli : Claviers --- Marco Adami : Basse

  • 1. Ants in the Sand
  • 2. 15 Years
  • 3. Spherax H2O
  • 4. Travel Notes on Bretagne
  • 5. Without Stalagmite
  • 6. Pain
  • 7. Lord of Time

Dans la grande tradition du rock progressif Italien, j’ai été emballé dés la première écoute de « One Light Year » du groupe Marygold, que je ne connaissais pas. L’album contient Sept morceaux dont pas un ne descend en dessous des 5 minutes, alors comment décrire leur musique sinon comme étant le croisement de P.F.M. (Premiata Forneria Marconi) des seventies et l’Unitopia des années 2000. Leurs mélodies s’égarent dans les tourments d’un rock progressif fin et raffiné, mais toujours intense. Les nappes brumeuses des claviers de Stefano Bigarelli tracent la trame musicale de l’intégralité des compositions, le tout survolé du chant si particulier de Guido Cavalleri, associé à une voix caverneuse, emmaillotée de ouate.

Je vous conseille d’emblée d’entamer votre écoute par le splendide « Spherax H2O » , la longue fresque épique et symphonique de 12:29, qui fera remonter le temps aux auditeurs et l’on reconnaîtra aux détours des phases musicales des clins d’œil appuyés qui combleront tous les amateurs de Génésis, Camel et autres grands groupes représentant le genre progressif. A noter l’excellente prestation du guitariste Massimo Basaglia qui nous abreuve sans mesure de soli sans bavure et de riffs tranchants. Pas mal non plus ce « Travel Notes on Bretagne » aux relents de Procol Harum , la sonorité de l’orgue et le chant rocailleux n’étant pas étrangers à la ressemblance. On tombe sous le charme de « Lord of Time » inattendue mélopée baroque, un genre de melting-pot entre le rock progressif façon E.L.P. (Emerson, Lake & Palmer) et certaines réminiscences proches du hard rock classique de juda Priest (Nosradamus). Le tout mené à la baguette par la section rythmique composée de Marco Pasquetto (batterie) et Marco Adami (basse).

J’espère par cette chronique avoir susciter l’envie de vous faire découvrir Marygold et son deuxième album, (le premier « The Guns of Marygold » date de 2005), où la totalité des compositions sont fortes en émotions !


Genre:
  Rock Progressif
Visiter le site de Marygold
cette critique a été partagée 0 fois
 600
A propos de

 Gabriel

  (321 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n’ai cessé d’écouter et d’apprécier ce style musical.
Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.