Les plus appréciés

Lifesigns – Cardington

ParGabriel 21 septembre 2017Aucun commentaire
Accueil  /  Rock Progressif  /  Lifesigns – Cardington

Lifesigns

 / Cardington


(4/5)
Genre:  Rock Progressif

Formation:  John Young : Compositeur, claviériste et chanteur, --- Frosty Beedle : Batterie, --- Jon Poole : basse Steve --- Rispin : Production. --- Invités :: Dave Bainbridge (Iona, Strawbs and Celestial Fire), Menno Gootjes (Focus), Niko Tsonev (Lifesigns & Steven Wilson) et Sir Robin Boult (Fish).

  • 1. N
  • 2. Voice in my Head
  • 3. Chasing Rainbows
  • 4. Different
  • 5. Impossible
  • 6. Touch
  • 7. Cardington

Amateurs de progressif, voici « Cardington » un album à ne rater d’aucune manière ! LIFESIGNS avait déjà enchanté nos oreilles avec la parution de son premier album éponyme sortie en 2013. Déjà les bases prometteuses du genre progressif étaient posées, il faut dire que les musiciens composant le groupe sont loin d’être des bleus, en effet John Young le compositeur, claviériste et chanteur a œuvré aux côtés de groupes et personnalités de premier plan (Greenslade, Asia, Scorpions, Uli Jon Rot, John Wetton), il est accompagné sur cet album de Frosty Beedle (Cutting Crew) à la batterie, par le guitariste Jon Poole (Cardiacs, The Wildhearts ) et de Steve Rispin aux manettes et à la production.

Cet opus offre un rock progressif de belle facture, l’introduction avec le titre « N » en est la plus belle démonstration, alliant une certaine complexité avec un savoir faire mélodique de tous les instants, qui rappelle parfois Asia. Le titre qui suit « Voice in My Head » est surement le plus abordable des sept morceaux présents sur « Cardington » , une accessibilité proche de ce que produit Steven Wilson (http://progcritique.com/2017/08/steven-wilson-to-the-bone), des mélodies coulantes et absolument impeccables. Le chant de John Young, se pose tout en douceur et volupté sur « Chasing Rainbows » un titre mid-tempo, accompagné de bons riffs de guitares et de nappes de synthés du plus bel effet.

Beaucoup moins aventureux LIFESIGNS propose « Different » , une pop progressive planante, entrecoupée d’interventions inspirées et symphoniques aux claviers, malgré cela il manque un « je ne sais quoi » pour garder l’attention de l’auditeur tout au long des 9:19 minutes. Plus vif « Impossible » et son rythme syncopé vous fera dodeliner de la tête, un titre sans prétention mais ultra agréable à écouter, dans la veine du répertoire de Neal Morse. Le côté néo progressif n’est pas oublié avec le splendide « Touch » , qui rappellera aux plus anciens UK (Wetton, Bruford, Holdsworth, Eddie Jobson). « Cardington » qui clôt cet album est sans nul doute le morceau le plus représentatif de la patte musicale de LIFESIGNS, mélodies à tiroirs profitant de l’inspiration fertile de John Young , qui déroule tout son savoir faire et son côté rock symphonique, avec des orchestrations variées et ambitieuses.

Un album bien dans la veine progressive, « Cardington » illustre une musique à la fois personnelle et appréhendable, que demander de plus !


Genre:
  Rock Progressif
Visiter le site de Lifesigns
cette critique a été partagée 0 fois
 400
A propos de

 Gabriel

  (305 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.