Les plus appréciés

The Music Therapy Experiment – Genus Equus

ParGabriel 10 juillet 2017Aucun commentaire
Accueil  /  Jazz-Rock  /  The Music Therapy Experiment – Genus Equus

The Music Therapy Experiment

 / Genus Equus


(4/5)
Label: Autoprodction   
Genres:  Jazz-RockRock ProgressifRock psychédélique

Formation:  John Kline (guitare, basse, claviers, et chant) et Mark Christianson (batterie, basse et claviers)

  • 1. Akhal-Teke
  • 2. Deep Space Crossover
  • 3. Arbitrary Confidence
  • 4. Apology
  • 5. Running on Borderline
  • 6. Tibetian Sky, 1st Movement
  • 7. Tibetian Sky, 2nd Movement
  • 8. Liars Lament
  • 9. Copper Goblins
  • 10. Hypnagogia
  • 11. Mozart's Earworm
  • 12. City of Apples
  • 13. Wedding Dance

The Music Therapy Experiment se sont les multi-instrumentistes John Kline (guitare, basse, claviers, et chant) et Mark Christianson (batterie, basse et claviers) qui font équipe pour un album qui combine différents styles ; blues , rhythm’n’blues , funk et soul avec un bon équilibre entre les improvisations et les compositions. Les amateurs de rock progressif et de jazz rock fusion trouveront leur bonheur dans cet album.

John Kline Auteur/compositeur et chanteur, propose dans « Genus Equus » treize titres et dés le début des hostilités avec « Akhal-Teke » le ton est donné, le titre est original, technique, ponctué de breaks structurés et inspirés, le tout vous emporte dans un véritable tourbillon instrumental. Après, il y a le plus posé « Deep Space Crossover » aux envolées spatiales garanties, comportant en son milieu une brève revisite de l’Ode à la joie (9ème symphonie de Beethoven). Au rayon des titres qui emportent immédiatement l’adhésion on a « Arbitrary Confidence » aux tonalités folkloriques et traditionnelles inscritent dans un registre musical proche de Mike Oldfield. Le chaloupé et acoustique « Apology » qui on le sent, souhaite apporter une cassure apaisante dans l’ensemble de Genus Equus. Plus bluesy et tendre « Running on Borderline » est aussi le seul morceau chanté par John, à la voix douce et également très mélodieuse. Le splendide « Tibetian Sky » se présente en deux mouvements, développant de manière différente la même trame mélodique, aérienne et légère telle ces volutes de nuages que l’on imagine tourbillonnantes dans la clarté du ciel Tibétain. Le piano classique de « Liars Lament » sert de prétexte et de tapis sonore aux interventions volubiles et judicieuses de la guitare de John, superbe !

Avec «Copper Goblins » on aborde le côté jazz rock, ponctué de touches progressives façon Joe Satriani, plus structuré « Mozart’s Earworm » permet d’associer une construction mélodique sans faille à une technique parfaite, ce qui permet d’apprécier le jeu de guitare toujours aussi efficace de John. Légèrement en retrait, malgré certains atouts « Hypnagogia » et « City of Apples » manquent d’inspiration, et tournent un peu au ralenti. La courte conclusion et petite douceur acoustique qu’est « Wedding Dance » , fait bien vite oublié cette baisse de régime.

Genus Equus magnifiquement interprété par le tandem John & Mark, offre des mélodies qui font directement mouche !


Genres:
  Jazz-RockRock ProgressifRock psychédélique
Visiter le site de The Music Therapy Experiment
cette critique a été partagée 0 fois
 400
A propos de

 Gabriel

  (281 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.