Les plus appréciés

Stoned Diplodocus – Stoned Diplodocus

ParGabriel 3 mai 2017Aucun commentaire
Accueil  /  Atmosphérique  /  Stoned Diplodocus – Stoned Diplodocus

Stoned Diplodocus

 / Stoned Diplodocus


(3/5)
Label: L'étourneur Caen, France   
Genres:  AtmosphériqueJazz-RockPost RockRock ProgressifRock Psychédélique

Formation:  Guitare: Armel Sfaxi --- Guitare, Basse, Voix : Anthony Retaillé --- Batterie : Robin Dufour --- Violon ( sur Paxton et Empress): Marc Aucabram

  • 1. They Live
  • 2. Paxton
  • 3. Deep Law!
  • 4. Attila
  • 5. Empress

La musique de Stoned Diplodocus s’insinue dans les cerveaux avec une certaine réussite des mélodies alambiquées et du chant caverneux, imposant des structures, des harmonies et sonorités rudes et rugueuses. Cette musique qui s’inscrit dans un registre parfois chaotique, proche du jazz rock, de l’avant garde, de l’expérimental …, peut être surprenante et pourrait être perçue comme difficile à appréhender, plusieurs écoutes seront nécessaire pour pouvoir pénétrer les méandres de celle-ci.

Sur « They Live » qui évoque par moment la musique des Doors, un rock plutôt classique au départ, qui laisse la place au fur et à mesure de sa progression à la mise en oeuvre de passages musicaux avec des interactions instrumentales nébuleuses et des thèmes mélodiques dissonants. Mais le contour de ce morceau dés qu’il le peut revient vite à des valeurs plus traditionnelles. Le deuxième titres « Paxton » , aborde une musique débridée où les arrangements de celui ci se distordent, pour devenir un tourbillon de sons et de lignes mélodiques qui se transforment en un monstre de fusion rock progressif.

« Deep Law! » commence doucement et tranquillement, dans une ambiance sereine, en acquérant plus d’énergie à mesure qu’il se déploie, puis une explosion furieuse de la guitare électrique et de la batterie le commue en un rock néo-progressif complexe. Pas toujours mélodique « Attila« , assume les incursions dans l’antagonisme qui fait partie intégrante de la logique de sa structure musicale. Le long morceau « Empress » , plus de 11 minutes, clôt cet album sur une touche psychédélique, typée année 70, Amon Düül n’est pas loin, sûrement le titre le plus abordable de Stoned Diplodocus.

Un premier album original où Stoned Diplodocus pose les bases d’une musique en devenir !


Genres:
  AtmosphériqueJazz-RockPost RockRock ProgressifRock Psychédélique
Visiter le site de Stoned Diplodocus
cette critique a été partagée 0 fois
 600
A propos de

 Gabriel

  (305 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.