Les plus appréciés

Sirk – Enter the Sirk : Us

ParGabriel 1 mars 2017Aucun commentaire
Accueil  /  Métal Progressif  /  Sirk – Enter the Sirk : Us

Sirk

 / Enter the Sirk : Us


(4/5)
Label: Autoproduction   
Genres:  Métal ProgressifRock Progressif

Formation:  Bruno Sanchez: Guitare --- François Castellazzi: Batterie --- Marc De Massari: Basse --- Steve Want: Claviers --- Christian Greven: Chant, Claviers

  • 1. The Box and the Anthill
  • 2. Enter the Sirk : Us
  • 3. Ignite the Stellar Drive
  • 4. LIFE part 1 – Born and Bred
  • 5. LIFE part 2 - Growing into a man
  • 6. LIFE part 3 – The Facts of Life
  • 7. LIFE part 4 – Time to Die

Fans de métal progressif, ouvrez vos oreilles et portes-monnaies, s’il est un album à ne pas passer sous silence, c’est bien «Enter The Sirk : Us» (beau jeu de mots), produit par le groupe Sirk.

Le combo s’est formé à Aix les Bains, suite à la rencontre de deux passionnés de rock progressif, Bruno Sanchez le Guitariste et François Castellazzi le batteur. Les ont rejoints pour concrétiser cette belle aventure, Marc De Massari à la basse, Steve Want aux claviers et Christian Greven au chant et claviers. «Enter The Sirk : Us» c’est du rock/métal progressif français avec des textes en anglais, mais traduits dans la langue de Molière sur le site du groupe (bonne idée !).

L’on aurait pu penser que Sirk allait s’engager dans une improbable fusion métal progressif qui serait un amalgame entre Dream TheaterPain of Salvation et Porcupine Tree, les influences majeures annoncées par le groupe lui même, et l’on pouvait craindre, à priori, que l’ensemble donne naissance à un conglomérat pataud et monstrueux. Et bien non, les premières écoutes bien digérées, je peux vous dire que je suis loin d’être déçu, à vrai dire, Sirk à pondu un très bon album de métal progressif. Faisant profiter les auditeurs, tout du long des sept titres, d’un univers musical énergique et allégorique, sombre et cassant.

Le premier titre, «The Box and the Anthill» donne le ton avec un rock rapide et enflammé, qui développe des gènes métalleux et reste effectivement plus boosté que les morceaux qui suivent. Il en va de même pour «Enter the Sirk : Us» , qui toutes voiles dehors, emprunte néanmoins un registre plus abordable et certainement plus mélodique, la relative sagesse du morceau n’empêchant pas les solos ébouriffants et breaks renversants.

Pour ce qui suit, je vous invite a poser un casque audio sur vos oreilles et à découvrir, un des temps forts de «Enter The Sirk : Us », le morceau «Ignite the Stellar Drive» splendide de bout en bout, bénéficiant d’une mélodie calibrée pour l’amateur de progressif le plus intransigeant, le chant de Christian se prêtant bien, malgré quelques faiblesses, à ce type de lignes mélodiques. Le final explose avec l’entrée en lice de la guitare déchirante de Bruno suivi de près par Steve et ses claviers virevoltants.

La longue suite LIFE se divise en quatre parties, « 1 – Born and Bred » , « 2 – Growing into a man » , « 3 – The Facts of Life » et « 4 – Time to Die » , elle permet d’aborder sur les différents thèmes développés une musique qui marie avec une rare intelligence, mélodies alambiquées et maîtrise technique de premier ordre. Surprenant ce Sirk qui pour sa première réalisation s’engouffre avec brio dans l’élaboration, sur plus de 27 minutes, de mélodies à tiroirs tantôt épiques, tantôt calmes et planantes, jamais lassantes mais toutes tirées au cordeau.

En bref et pour résumer l’ensemble, «Enter The Sirk : Us» est bien pensé, bien joué, même ci, on peut noter quelques imperfections (premiere production oblige), essai transformé, affaire  à suivre !


Genres:
  Métal ProgressifRock Progressif
cette critique a été partagée 0 fois
 600
A propos de

 Gabriel

  (329 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n’ai cessé d’écouter et d’apprécier ce style musical.
Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.