Les plus appréciés

Light Freedom Revival – Eterniverse Deja Vu

ParGabriel 14 mars 2017Aucun commentaire
Accueil  /  Rock Progressif  /  Crossover Prog  /  Light Freedom Revival – Eterniverse Deja Vu
Album
du mois

Light Freedom Revival

 / Eterniverse Deja Vu


(5/5)
Label: Autoproduction   
Genres:  Crossover ProgRock Progressif

Formation:  Billy Sherwood : Batterie, Basse, Guitare, Claviers --- Oliver Wakeman : Claviers --- Eric Gillette : Guitare --- Marisa Frantz : Vocaux --- John Vehadija : Chant, guitares, compositions

  • 1. New Lightspace Age
  • 2. An Idea of Freedom
  • 3. Where Words Fail
  • 4. Dream Again
  • 5. Form Hope
  • 6. Eterniverse Deja Vu
  • 7. They Fit You In
  • 8. Go Amplify The Feeling
  • 9. Starting Over
  • 10. Place Of Power
  • 11. Stay Strong With Me
  • 12. Positive Light Code
  • 13. Enjoy The Now

Incroyable, le projet Light Freedom Revival, sous la houlette du compositeur, chanteur et guitariste, John Vehadija, qui réussit le tour de force à réunir à l’occasion de la sortie de «Eterniverse Deja Vu» , des musiciens de renom comme, Billy Sherwood (Yes, Circa…), Oliver Wakeman (Yes, Strawbs…) le fils du grand Rick, Eric Gillette (Neal Morse Band) et Marisa Frantz aux Vocaux. 

Je le reconnais humblement je ne connaissait pas Light Freedom Revival et son mentor John Vehadija, malgré un premier EP publié « Close your Eyes And Feel »,  d’où ma surprise en découvrant dans ma boite aux lettres le CD du groupe qui est sorti le 7 mars. Le plus imprévisible et intéressant reste la participation au projet de John des pointures de si gros calibre, voyons voir !

La première écoute dévoile treize titres qui s’acoquinent plus à du crossover progressif, qu’a du rock progressif pur et dur. La comparaison musicale pourrait s’étendre à l’album de Yes « Open Your Eyes » (1997), où Billy Sherwood avait apporté avec sa participation une touche plus commerciale, par des compositions plus abordables, en regard à la complexité habituelle des dinosaures du progressif (cet album avait été fortement décrié par les inconditionnels de Yes, on peut le comprendre). Mais à vrai dire la plupart des pièces de l’album se rapprocheraient plus de l’univers musical des Radar Brothers et d’un Electric Light Orchestra moins lymphatique qu’à l’habitude.

Le résultat est plus que satisfaisant : il ressort de cet opus «Eterniverse Deja Vu» une fraîcheur candide, et une douceur mélodique que l’on ne peut qu’affectionner. Pas de longue pistes à tiroirs, les titres se situent entre 4 et 6 minutes, les guitares ne sont pas fulminantes, les riffs ne sont pas non plus assassins, juste des morceaux composés concis et précis qui coulent de source.

Les compositions de John, c’est du béton, au titre des franches réussites de «Eterniverse Deja Vu» , il n’y à qu’a écouter « New Lightspace Age » qui ouvre le CD, la quintessence parfaite de son style, refrain mémorable sur mélodie imparable, un rock enlevé et Legé le croisement improbable entre les Beach boys et Electric Light Orchestra, le contre chant de Marisa apportant un plus non négligeable à l’attrait de ce titre. Au titre des douceurs, « Dream Again » aux arrangements sophistiqués apporte son lot d’émotions, pas de riffs électriques mais une ambiance feutrée et sereine. Les synthés d’Olivier introduisent « Place Of Power » qui par son caractère intemporel, séduit immédiatement, la plus longue piste de cet Opus où le piano règne en maître. La guitare d’Eric et la ligne de basse de Billy inondent de leurs trames instrumentales ce magnifique « Enjoy The Now » qui clôt de belle manière cet opus.

«Eterniverse Deja Vu» , immédiatement séduisant, ne s’adresse pas particulièrement aux fans de rock progressif, mais à tous les amateurs de bonne musique, l’ensemble est produit, enregistré par Billy Sherwood, treize morceaux pour glisser imperceptiblement dans l’univers de John Vehadija, un musicien fort sympathique, auteur de compositions qui ont tout pour plaire !

*Le packaging de l’album est tout bonnement superbe !


Genres:
  Crossover ProgRock Progressif
Visiter le site de Light Freedom Revival
cette critique a été partagée 0 fois
 600
A propos de

 Gabriel

  (328 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n’ai cessé d’écouter et d’apprécier ce style musical.
Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.