Les plus appréciés

The Missing Piece – Dream Rider

ParGabriel 22 février 2017Aucun commentaire
Accueil  /  Rock Progressif  /  The Missing Piece – Dream Rider
Album
du mois

The Missing Piece

 / Dream Rider


(5/5)
Label: Autoproduction   
Genres:  Rock ProgressifRock Symphonique
  • 1. Closed Doors
  • 2. Signs
  • 3. Destiny
  • 4. Erasmus
  • 5. Reflection
  • 6. Dream Rider
  • 7. Shadow
  • 8. Underneath the Mask
  • 9. The Close, Pt. I (The Days Before)
  • 10. The Close, Pt. II (Black Death)
  • 11. Maze (Bonus Track)

The Missing Piece est un groupe néerlandais, formé en 2007, qui a enregistré « Dream Rider » durant les années 2015 et 2016, il a emprunté son patronyme à un album du groupe Gentle Giant, un dinosaure du rock progressif des années 70. Dès le premier titre de « Dream Rider » , les jalons sont posés. The Missing Piece propose une recette musicale éprouvée, faite de rock progressif et de rock symphonique, le tout emmené par la magnifique voix de Nana Burger, et cela fonctionne à merveille. Les morceaux aux nombres de onze, sont tous hyper travaillés et servent d’écrins à une succession d’envolées instrumentales et solos de guitares qui confortent l’aisance et le talent des musiciens.

Je n’analyserai pas chaque piste de l’album, mais dés le premier titre « Closed Doors » , ce qui frappe, bien sur, c’est la voix de Nanna qui est subjuguante et qui possède à la fois chaleur, gravité et une souplesse empreinte de déchirures. Sensations confirmées par « Signs » à la mélodie envoûtante et aux lignes de guitares limpides et inspirées, façon Camel. Le jeu de guitare de Rene Van Dalen, apporte indéniablement, un plus sérieux à la musicalité de ce disque.

Côté instrumental il suffit d’écouter « Erasmus« , avec son introduction aux claviers, tenus impérialement par Rob Brons, sur fond de bruitages et hennissements de chevaux, pour conforter la tendance, une fabuleuse démonstration qui prouve que l’on peut proposer, sans tomber dans la redite, des morceaux fougueux et innovants.

L’efficacité d’un rock symphonique comme « Shadow » ou «Underneath the Mask » fait toujours son effet, rien de bien neuf, et pourtant les deux mélodies à la mélancolie intimiste vous bercerons de leurs douces effluves. La suite en deux parties « The Close, Pt. I (The Days Before) » et  «The Close, Pt. II (Black Death) » lorgne quant à elle vers un rock progressif proche d’Unitopia ou de Southern Empire, soutenue par un duo basse, batterie du feu de dieu, tenues respectivement par Adri Sleijster et Nanne Tiggelman.

« Dream Rider » , c’est une évidence, est un album où tout est bon, il n’y a rien à jeter, vraiment impressionnant !


Genres:
  Rock ProgressifRock Symphonique
Visiter le site de The Missing Piece
cette critique a été partagée 0 fois
 600
A propos de

 Gabriel

  (270 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.