Les plus appréciés

iNFiNiEN – Light at the Endless Tunnel

ParGabriel 17 février 2017Aucun commentaire
Accueil  /  Rock Progressif  /  iNFiNiEN – Light at the Endless Tunnel

iNFiNiEN

 / Light at the Endless Tunnel


(4.5/5)
Label: Autoproduction   
Genres:  Rock ProgressifRock Psychédélique

Formation:  Jordan Berger - Guitare électrique et basse, Chœurs, Percussions. --- Tom Cullen - Batterie et Percussions --- Matt Hollenberg - Guitares, Bulbul Tarang, Tabla, Moog Minitaur --- Chrissie Loftus - Voix, Piano, Claviers, Orgue et Percussions --- Jonathan Salmon - orchestration et direction ( "Brand New", "If I Were A Song", "If You Were A Song")

  • 1. Brand New
  • 2. AYA
  • 3. Oasis
  • 4. Off the Tracks
  • 5. Bottom of the Food Chain
  • 6. Light at the Endless Tunnel
  • 7. Love for Yourself
  • 8. Worth the Wait
  • 9. If I Were a Song
  • 10. If You Were a Song
  • 11. Existence

Une musique originale, que je découvre avec ce groupe américain iNFiNiEN et leur album « Light at the Endless Tunnel » , qui mixe les influences classiques, un orchestre de chambre est d’ailleurs présent sur quelques pistes, le jazz, le psychédélisme et le rock progressif. « Light at the Endless Tunnel » est déjà leur troisième album, leur premier opus éponyme est paru en 2009. iNFiNiEN peut être considéré comme une formation au rock éclectique où se confondent les influences de groupes tels que, pour les plus anciens, Soft Machine, Return To Forever, gong, Van Der Graaf Generator et The Flower Kings ou Tilt pour les plus récents, de plus le quatuor met souvent l’accent sur des séquences impromptues de totale improvisation.
La première écoute déboussole un peu, la structure surprenante des morceaux vous saute aux oreilles, le premier titre « Brand New » ,affole les tympans, rythmes déstructurés, emballements d’instruments torturés, chant épanoui et au bout la plénitude, un phénomène de plus de neuf minutes d’ingéniosité sonore.

La qualité et l’interprétation musicale étant le point fort de iNFiNiEN arrive « AYA » aux entournures psychédéliques et orientales bordées de rythmes syncopés, ah, les voix et les envolées des claviers sont superbes et la guitare de Matt Hollenberg incisive, rien d’artificiel que de l’authentique. Pour « Oasis » Chrissie Loftus nous gratifie d’une interprétation aérienne et gracile sur une mélodie progressive et légère, qui ne tombe jamais dans la niaiserie. « Off The Tracks » démarre sur un gimmick répétitif et entraînant aux accents jazzy, les rythmes sont complexes et les échanges entre Tom Cullen le batteur et le guitariste Matt sont impressionnants.

Un titre rock-progressif/jazz intelligent et fort, de l’innovation à la pelle pour « Bottom of the Food Chain » , Jordan déroule frénétiquement ses lignes de basse sur une mélodie qui serait le croisement entre Magenta et Yes. Le complexe « Light at the Endlessce Tunnel » se lance comme un chien fou dans un jeu de quille, pièce aux multiples tiroirs, alliant la folie délirante d’un Franck Zappa et l’énergie structurée d’un Robert Fripp, le foisonnement des orchestrations séduit, les vocaux sont hyper travaillés avec notamment un contre chant indien de toute beauté, une composition aux influences 70 qui va si bien à iNFiNiEN. Baisse de tension pour faire place à « Love for Yourself »  la voix de velours de Chrissie est particulièrement mise en valeur sur une ritournelle soft-jazz simpliste et lancinante, mais qui se laissent parfaitement bien écouter.

Piano et flûte pour le sautillant et guilleret « Worth The Wait » un morceau essentiellement instrumental de 2,48 minutes, suivi de « If I Were A Song » bénéficiant d’arrangements intimistes, l’orchestre de chambre venant apporter une couleur intemporelle à l’ensemble et qui sert d’introduction à « If You Were a Song » , remuant et exotique qui nous entraîne sur des rythmes de Samba-prog dans un tourbillon  musical étourdissant. L’on termine avec « Existence » qui développe lentement et intelligemment une musique qui trouve toute sa force dans une innovation tout azimut, le tout posé sur des envolées solo parfaitement ciselées et sur une rythmique emmenée par la basse métronomique de Jordan Berger, le tout couronné par un son d’enfer.

Je l’avoue, j’ai été bluffé par « Light at the Endless Tunnel » , un album qui sort vraiment des sentiers battus et ose une musique libérée, la quintessence d’un jazz-rock-progressif aventureux !

 

Off the Tracks


Genres:
  Rock ProgressifRock Psychédélique
Visiter le site de iNFiNiEN
cette critique a été partagée 0 fois
 600
A propos de

 Gabriel

  (281 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.