Les plus appréciés

Gunhill – Nightheat / One Over The Eight

ParGabriel 1 décembre 2016Aucun commentaire
Accueil  /  Hard Rock  /  Gunhill – Nightheat / One Over The Eight

Gunhill

 / Nightheat / One Over The Eight


(2.5/5)
Label: Cherry Red Records   
Genres:  Hard RockRock Progressif

Formation:  John Lawton - Chant --- Chris Jones - Batterie --- Brian Bennett - Guitare - Neil Kavanagh --- Basse

  • 1. Don't Stop Believing
  • 2. Ready For Love
  • 3. Wall Of Silence
  • 4. Nobody Loves You The Way I Do
  • 5. Far From Home
  • 6. Eleanor Rigby
  • 7. Don't Look Back
  • 8. Waiting For The Heartache
  • 9. When A Man Loves A Woman
  • 10. Any Day Now
  • 11. Clearwater Highway
  • 12. Sympathy
  • 13. Come Back To Me
  • 14. Walking In The Shadow Of The Blues
  • 15. Eleanor Rigby
  • 16. Ain't No Sunshine
  • 17. Can't Get Enough
  • 18. Better By You Better Than Me
  • 19. Stone Cold
  • 20. Every Little Bit Hurts
  • 21. Angel
  • 22. Harlem Shuffle
  • 23. Soldier Of Love
  • 24. River Of Dreams

Gunhill est un groupe des années 90, présent dans la longue carrière de JOHN LAWTON l’ancien chanteur de URIAH HEEP.  « One Over The Eight » et « Nightheat » restent à ce jour les deux seules productions du groupe publiées respectivement en 1995 et 1997, le premier album des deux était à l’époque proposé uniquement pour le fan club. Le deuxième opus est véritablement le premier album original du groupe.

« One Over The Eight » est composé de reprises de groupes célèbres œuvrant dans la mouvance Hard-Rock, on peut citer les titres les plus connus comme, « Walking in the shadow of the blues«  de Whitesnake, « Eleanor Rigby«  des Beatles, « Ain’t no sunshine«  de Bill Withers, « Better by you, better than me«  des Spooky Tooth, « Stone cold«  de Rainbow  et « Harlem Shuffle«  des Rolling Stone. Le nombre de morceaux présents sur ce CD et de 11 incluant une piste bonus, « River Of Dream » de Uriah Heep. Rien à redire sur le choix des reprises effectuées par Gunhill, mais comme bien souvent, cela n’apporte rien de neuf ni de plus à des morceaux déjà remarquablement interprétés par les groupes originaux. Citons quelques beaux ratés comme ceux de « Eleanor Rigby » et « Every Little Bits Hurts » , quelques belles surprises comme « Ain’t No Sunshine » ou « Can’t Get Enough » et bien sur « River Of Dream » où la voix de JOHN LAWTON prend son envol. Un album vraiment dispensable qui avait trouvé à l’origine sa véritable destination, celle des fans.

« Nightheat » oeuvre aussi dans le même registre et contient pas mal de reprises, comme « Ready for love » de Bad Company et « Wall of silence » de Rick Bonner, le deuxième et troisième titre du CD, deux véritables réussites qui donnent le frisson et un « Don’t look back«  de Lucifer’s Friend revisité avec punch. D’autres titres tiennent au sein du CD une place plus anecdotique comme « Nobody loves you the way I do » de Melissa Etheridge, voire incongrue comme « When a man loves a woman » de Percy Sledge. Deux morceaux bonus d’Uriah Heep relèvent le niveau de l’ensemble, « Sympathy » et « Come back to me » magnifiquement repris par Gunhill. La diversité musicale et la qualité des musiciens font de « Nightheat » un témoignage intéressant et laissait à l’époque présager un bel avenir au groupe.

« One Over The Eight » et « Nightheat » étaient introuvables jusqu’à cette réédition qui a le mérite de présenter un Gunhill, dans sa phase active, à découvrir malgré tout, les fans de JOHN LAWTON ne manqueront pas de se procurer ce double album loin d’être inintéressant.

Gunhill - Don't Stop Believing


Genres:
  Hard RockRock Progressif
cette critique a été partagée 0 fois
 500
A propos de

 Gabriel

  (329 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n’ai cessé d’écouter et d’apprécier ce style musical.
Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.