Les plus appréciés

PROJECTiON – Realitivity

ParGabriel 23 mars 2016Aucun commentaire
Accueil  /  Rock Progressif  /  PROJECTiON – Realitivity

PROJECTiON

 / Realitivity


(3.75/5)
Label: Autoproduction   
Genres:  Rock ProgressifRock Symphonique

Formation:  Jurgen ten Have - Bass & Vocals, ---- Frank van Eerden - Chant & Guitar, ---- Richard Immink - Drums & Vocals, ---- Peter Pampiermole - Keyboards & Vocals

  • 1. On
  • 2. Running Through Time
  • 3. The expectation cell
  • 4. Hypocrite
  • 5. Numb
  • 6. Overload
  • 7. Escape
  • 8. Delirious
  • 9. Stranded
  • 10. Erase
  • 11. Off A New Beginning
  • 12. Projection - On (again)

PROJECTiON est un nouveau groupe néerlandais de rock progressif mélodique avec des influences symphoniques, il nous propose leur premier concept album REALITIVITY , qui dit « Il n’y a pas d’éducation pour la vie , mais la vie elle-même ».

Si le type de musique n’est pas nouvelle et rappelle des groupes comme Genesis, Asia, Pendragon, les Flowers Kings ou même parfois Alan Parson’s Project, la musique de PROJECTiON dépasse les simples influences de ses aînés pour donner une nouvelle impulsion à des constructions musicales et des sons que l’on croyait oubliés.

Ce qui marque avant tout à l’écoute de cet album, c’est la mixité musicale développée pas le groupe, du rock progressif bien sûr, mais aussi du rock formaté FM (Running Through Time), des balades intimes (Erase), des musiciens de talent touchent à tout qui prennent plaisir à jouer ensembles, ce qui se ressent dans leurs compositions.

REALITIVITY des mélodies immédiatement accessibles et pas prise de tête, une entrée en matière instrumentale avec « On » (1,50 minutes) un titre langoureux où le piano et la guitare acoustique se répondent en douceur et volupté. « Running Through Time » comme dit plus haut, un rock plutôt enlevé formaté FM, genre Toto dans ce qu’il fait de mieux, on tape du pied et on reprend le refrain sans forcer, un bon titre. Plus lourd « The expectation cell » replonge dans un univers néo-progressif / symphonique de bon aloi, « Hypocrite » au rythme appuyé ou l’atmosphère est étrange et présente un côté psychédélique années 70 loin d’être désagréable.

« Numb » des relents du King Crimson le charme novateur en moins mais toutefois une originalité bucolique se dégage de cette composition. « Overload » et « Escape » le côté lourd de PROJECTiON deux brûlots débridés avec une légère pointe d’agressivité. Deux belles balades symphoniques « Stranded » et « Erase » servent d’écrin à la voix chaude et sensuelle de Frank van Eerden pour nous faire fondre de plaisir. Symphonisme et lyrisme sont au rendez vous de « Delirious » paré d’une mélodie délicate, prétexte à de jolies échanges harmoniques entre les chanteurs,

« Off A New Beginning » Un rythme léger, un feeling que l’on peut apprécier avec des changements d’ambiances successives, le tout concentré dans une mélodie facile d’accès. Digne d’un E.L.P. dans l’architecture de la composition et dans le chant de Frank, proche de la chaleur d’un Greg Lake, le morceau le plus long (7,51 minutes) et le plus ambitieux de Realitivity, une mise en place orchestrale et des arrangements peaufinés; très atmosphérique sur l’ensemble, un petit bijou.

Realitivity une incontestable réussite, un mariage heureux grâce à une alternance entre les compositions, rock, symphonique et rock progressif, un concept varié agréable à écouter !

Delirious


Genres:
  Rock ProgressifRock Symphonique
Visiter le site de PROJECTiON
cette critique a été partagée 0 fois
 1000
A propos de

 Gabriel

  (278 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.