Les plus appréciés

Will Geraldo – We Share The Same Moonlight

ParGabriel 11 février 20161 Comment
Accueil  /  Rock Progressif  /  Will Geraldo – We Share The Same Moonlight

Will Geraldo

 / We Share The Same Moonlight


(3/5)
Label: Autoproduction   
Genre:  Rock Progressif

Formation:  Tous les instruments: Will Geraldo --- Pochette Album par : Paulo Corradini --- Photo de : Juliana Bueno --- Conception graphique de : Erik Thurm

  • 1. The Word Against Us
  • 2. That's Me In The Mirror
  • 3. Perchance
  • 4. Same Difference
  • 5. Quiet As A Mouse
  • 6. Sui Generis
  • 7. Remember September
  • 8. The Darkened Room
  • 9. The Writer
  • 10. The End Of The Word

Premier album solo de Will Geraldo, originaire de São Paulo au Brésil, avec «We Share The Same Moonlight» , un large éventail d’influences apparaissent à l’écoute de celui-ci, Progressif Rock, Art Rock, Electronica, Trip Hop et même Acid Jazz. Will Geraldo, multi-instrumentiste a joué, composé, enregistré, mixé et mastérisé l’ensemble au studio Cantara.

«We Share The Same Moonlight» c’est dix titres :

« The Word Against Us  » , un instrumental, croisement entre Alan Parson et Peter Bardens (Ex Camel) de la fin des années 80’s, 3mn 45s au-dessus des nuages , nappes de synthés enivrantes. Ensuite arrive « ‘That’s Me In The Mirror » , piano Electrique léger mixé en avant, orgue omniprésent, les arpèges de guitares cristallins enveloppent la voix chaude de Will. « Perchance  » , commence avec un duo piano et batterie qui évoque les ambiances synthétiques, des dernières productions de Gary Numan.

« Same Difference » , introduction à la flûte traversière, un titre mélodieux qui sur le plan rythmique bascule dans une ambiance zen. « Quiet As A Mouse  » , Long instrumental pour une mélodie étrange et angoissante rappelant par l’utilisation particulière des synthétiseurs, Tangerine Dream ou Klaus Schulze, afin d’ installer une atmosphère planante et éthérée. « Sui Generis  » , un excellent morceau pur pop, cool puis bascule dans un final énergique. « Remember September  » , une mélodie simple , des arrangements soignés, proche de ce que fait de mieux Dépèche Mode en plus progressif. « The Darkened Room » , instrumentation syncopée pour une ambiance froide et lourde,  mélodie robotique sur fond de boite à rythmes. « The Writer » , le chant de Will Geraldo évoque pour ce titre la voix magique de Eric Woolfson, sur la trame musicale d’une ballade des plus langoureuse. « The End Of The Word » , mélodie évanescente sur fond d’horloge à déconstruire le temps.

Un album plaisant à écouter !


Genre:
  Rock Progressif
Visiter le site de Will Geraldo
cette critique a été partagée 0 fois
 500
A propos de

 Gabriel

  (305 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

1 commentaire

Laisser un message

Your email address will not be published.