Les plus appréciés

Trevor Dick Band – New world

ParGabriel 5 février 2016Aucun commentaire
Accueil  /  Jazz-Rock  /  Trevor Dick Band – New world

Trevor Dick Band

 / New world


(3.75/5)
Label: Autoproduction   
Genres:  Jazz-RockRock Progressif

Formation:  Trevor Dick (electric, MIDI and acoustic violin & viola); Tony Lind (electric and acoustic guitar); Will Jarvis (electric and acoustic bass); Steve Heathcote (drums and percussion); Jake Payne (piano and keyboards)

  • 1. Perpetuum
  • 2. Change The World
  • 3. Ayangba Village Market
  • 4. Schindler's List
  • 5. Ifriqiya
  • 6. Bourbon St Carnival
  • 7. Cancao Para Aaron
  • 8. East Of Sinai Prelude
  • 9. East Of Sinai
  • 10. Sparrow
  • 11. Prayer For Peace
  • 12. Mother's Kiss
  • 13. West Of The Great Divide
  • 14. New World
  • 15. Schindler's List (Acoustic)

Trevor Dick violoniste talentueux à commencé sa carrière en 2003 et publié trois albums depuis. Le dernier en date « YAHWEH » est sorti en 2010. Les influences de Dick sont orientées plutôt  jazz-rock et fusion, Jean Luc Ponty, Hugh Marsh et Jerry Goodman sont ses références.

Son dernier album « New World » publié avec son groupe le Trevor Dick Band, se compose de quinze titres. Les morceaux varient musicalement entre New Age, World et ambiance allant de funky à jazzy.

La musique impressionne avec ses textures variées, comme « Perpetuum » à la rythmique pétillante,  suivie par « Change The World » le plus éthéré.  « Ayangba Village Market » avec son rythme saccadé sur  fond de violon plaintif, où la douce évocatrice et trompeuse « Schindler’s List » dont la tristesse s’imprègne dans la mélodie.

Texture jazzy, à la limite du free en intro, « Ifriqiya » nous entraîne dans une danse folle, tandis que « Bourbon St Carnival » crée juste une mélodie aux sons enchanteurs. Un son rock complet et puissant pour « Cancao Para Aaron » aux réminiscences Brésiliennes, rythmes salsa obliges. Plus axés World music « East Of Sinai Prelude » et « East Of Sinai » explorent avec succès la musique ambiante, arabisante, aérée et rêveuse parfois même cajoleuse. « Sparrow » et « Prayer For Peace » deux exemples de titres servent de maillons sophistiqués, essentiels dans le développement de la fusion du jazz et du rock. Plus piano bar que jazz, « Mother’s Kiss » déroule ses volutes sonores sans retenues. violon électrique solo pour « West Of The Great Divide » classique et intense, bourré d’émotion.

L’album se termine par « New World » morceau qui donne son nom à l’album, un hymne qui ouvre les portes de l’immensité, entraîné par la guitare électrique et la virtuosité des musiciens, à couper le souffle, beau travail !

Trevor Dick et son groupe explorent avec succès sur « New World » des recettes éprouvées naguère par les grands noms des groupes jazz-rock en vogue dans les années 70/80, Ponty, Goodman, Jobson, Grappelli, et même David Cross de king Krimson.

Le plus de Trevor Dick Band qui rend cet album très agréable à écouter est sa capacité dans l’écriture à fusionner les éléments musicaux issus de plusieurs tendances, World, Ethniques, New Age voire classiques. « New World » devrait plaire à tous les amateurs de musique ambiante, jazz-rock et World/folk fusion.


Genres:
  Jazz-RockRock Progressif
Visiter le site de Trevor Dick Band
cette critique a été partagée 0 fois
 300
A propos de

 Gabriel

  (281 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.