Les plus appréciés

Le chant des cétacés !

ParGabriel 17 février 2016Aucun commentaire
Accueil  /  Post Rock  /  The Waking Sea – Cetacean

The Waking Sea

 / Cetacean


(4/5)
Label: Autoproduction   
Genres:  Post RockRock Progressif

Formation:  Garrett Wensel Kelsey Harris: chant , --- Charlie Mieczkowski: guitare, --- Jordan Rathbun: guitare basse, --- Luke Sweet: batteries et percussions, --- Enregistré et mixé par Garrett Wensel à Helix Unbound studio Project Masterisé par Jocko Randall au More Sound Recording Studio.

  • 1. He Does Call
  • 2. Fifty-Two
  • 3. Driftwood
  • 4. Shoreline
  • 5. Look Back
  • 6. Abyss
  • 7. Tidings

Fondé à l’été 2014, The Sea Waking est un projet musical de rock progressif à thèmes, leur premier album « Cetacean » est sorti au mois de janvier 2016. « Cetacean » est un concept album de 7 titres traitant de la vie des habitants de nos mers et océans et les difficultés qu’il doivent surmonter suite aux dégradations de leur milieu. The Waking Sea est un groupe originaire des Etats Unis et plus précisément de Horseheads, NY. Musicalement parlant, le groupe, est bien équilibré, la voix de Kelsey Harris est harmonieuse et agréable, les Guitares électriques de Charlie Mieczowski dégagent de belles lignes mélodiques agrémentées de  solis aventureux et l’épine dorsale de la rythmique assure, avec la basse de Jordan Rathbun qui gronde en appui à la batterie tenue par Luke Sweet toujours bien en mesure et parfois même tonitruante.

Tant de qualités musicales ne font pas forcément un bon album, mais dans le cas présent pour « Cetacean », le pari est presque réussi. Nous trouvons pour les sept compositions présentent une bonne intensité rock progressif, frôlant parfois le post-rock. Puissance progressive-métal pour l’instrumental d’ouverture « He Does Call » , comme accompagné par le chant des baleines, s’enchaînant en fondu avec « Fifty-Two » à l’orchestration plus accrocheuse pour ne pas dire la plus commerciale de l’album, une super mélodie variée et entraînante, correspondant bien à ligne musicale que veut suivre le groupe. « Driftwood » un violon folk au son pur, un morceau de presque une minute pour une liaison musicale vers « Shoreline » qui nous fait découvrir une autre facette du groupe par l’intensité et la variété des tempos qui vont de la violence retenue aux moments les plus doux, magnifiquement mis en voix par Kelsey ainsi que le travail d’orfèvre de Charlie à la guitare Il y a encore beaucoup de choses à dire sur The Sea Waking et notamment avec le titre « Look Back » où Kelsey chante avec tout son cœur, elle veut que nous ressentions ses propres émotions, et sa marche, frissons garanties, en équilibre, sans agressivité, long chant plaintif émouvant, un grand moment. Un léger fléchissement pour « Abyss » un instrumental plus banalisé que les autres titres de cet opus, non pas que le morceau soit désagréable à écouter, mais il est dans sa composition beaucoup plus passe partout. Le retour de Kelsey pour plus de 8 min avec « Tidings » parmi le plus abouti et le plus inventif de l’album, où l’on retrouve pleinement l’aspect progressif avec de nombreuses cassures au sein même du morceau, une belle inventivité et une prise de risques réussie.

Si l’on veut apparenté The Sea Waking avec quelques repères au niveau musical, on pourrait le comparer à Nightwish, Magenta en moins Symphonique, folk-Prog (certainement la voix féminine…), ou encore à Blackmore’s Night pour la tessiture de la voix de Candice Night proche de celle de Kelsey. Un vrai coup de cœur pour « Cetacean » un premier album varié, conceptuellement aventureux et musicalement ambitieux !

L’album profite d’une jolie pochette qui a été réalisée par Brendon Flynn (www.brendonflynn.com ),  la conception du logo a été créé par Britton Scott Shrum ( facebook.com/brittonshrumdesign )


Genres:
  Post RockRock Progressif
Visiter le site de The Waking Sea
cette critique a été partagée 0 fois
 1500
A propos de

 Gabriel

  (305 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.