Les plus appréciés

Big Big Album

ParGabriel 17 juin 2015Aucun commentaire
Accueil  /  Rock Progressif  /  Steve Hughes – Tales From The Silent Ocean

Steve Hughes

 / Tales From The Silent Ocean


(4.25/5)
Label: label F2   
Genre:  Rock Progressif

Formation:  Drums, percussion, Keyboards, Bass, Guitars, Vocals - Steve Hughes. Vocals - Steve Hughes, Sean Filkins, Ezzy Anya, Natasha Chomyn, Huyen Dinh, Angie Hughes. Violin & Cello - Maciej Zolnowski. Electric and Acoustic Guitars - Jamie C. Strand. Voices and Screams - Sarah Feeney. Saxophone - Jools Slater Produced, engineered and mixed by Steve Hughes. Mastered by Simon Hanhart.

  • 1. Will We Ever Be Free
  • 2. 50.50 Zone
  • 3. Tapestry of Change
  • 4. One Day
  • 5. Secretly She Still Lov
  • 6. The Days Without Y
  • 7. Gonna Make It
  • 8. Free Fall
  • 9. Sunshine Willow
  • 10. Willow's Lament
  • 11. Goodbye My Love

Premier album solo de l’ excellent batteur Steve Hughes (ex Big Big Train – The Enid – Kino).

Un concept album qui traite le problème de la dépression et de la manière dont elle vous affecte,  et perturbe votre entourage. Près de 80 minutes de musique, avec la participation de Sean Filkins pour le chant et l’écriture des paroles.

« Tales From The Silent Océan » aborde des styles de rock progressif différents, mais l’album conserve malgré cela une bonne homogénéité.

Beaucoup d’émotion se dégage de cet album, les titres offrent un condensé de pièces musicales à la construction symphonique, sans toutefois tomber dans le pompeux, notamment « Tapestry of Change » et « Sunshine Willow » les deux titres majeurs de l’album.

Des passages alternant ambiances tempérées, aériennes et violentes comme « Will We Ever Be Free » et « 50/50 Zone » les deux morceaux qui démarrent cet opus.

Légers et vifs à la fois « One Day » et « Secretly She Still Loves Him » nous tiennent en haleine grâce à une intensité musicale sans faille.

« Gonna Make It » riche en changements de rythmes avec son synthé à la mélodie entraînante, et « Free Fall » une ballade sublime, sur laquelle une voix féminine de toute beauté vient se poser pour notre plus grand plaisir, confirme la qualité des compositions de Steve Hughes.

« Willow’s Lament » et « Goodbye My Love » mettent un point final tout simplement magistral à ce concept album.

Quant aux textes, ils sont à la hauteur des musiques et illustrent parfaitement le scénario voulu par les auteurs.

Les amateurs de rock progressif, tendance Génésis, ne seront pas déçus, musicalement, l’album est  beau et indispensable à votre discothèque. Nous tenons là un  grand classique.


Genre:
  Rock Progressif
Visiter le site de Steve Hughes
cette critique a été partagée 0 fois
 100
A propos de

 Gabriel

  (295 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.