Les plus appréciés

Du travail d'orfèvre

ParGabriel 29 mai 2015Aucun commentaire
Accueil  /  Rock Progressif  /  PARZIVALS EYE – Défragments

PARZIVALS EYE

 / Défragments


(4/5)
Label: Autoproduction   
Genre:  Rock Progressif

Formation:  Chris Postl - Ian Bairnson - Christina Booth - Vipo Maat - Stephan Treutter

  • 1. Reach the Sky.
  • 2. Liar
  • 3. Out on the Street
  • 4. Long Distance runaround
  • 5. Lift Me Up
  • 6. Journey's
  • 7. Walls in My Mind
  • 8. Two of Us
  • 9. No Belief
  • 10. Hiding Out

PARZIVAL EYE c’est Chris Postl , ancien bassiste du groupe de rock progressif  RPWL.

« Defragments » est la suite de « Fragments » sorti en 2009.

De nombreux musiciens ont été invités à travailler avec lui sur les nouvelles compositions, dont la chanteuse Christina Booth du groupe de rock progressif MAGENTA.

Le premier morceau « Reach The Sky« , très typé années 70 nous entraîne dans des paysages sonores connus des amateurs de progressif, entre les claviers de Peter Bardens de Camel et les rythmiques proches de Jadis. Plus de douze minutes de variations et de changements de thèmes tiennent l’auditeur en éveil.

Le titre suivant « Liar » opère dans un format plus basique, proche de la balade progressive avec mélodies efficaces et  claviers envoutants.

« Out on the Street » ambiance proche, quelque part, d’un Alan Parson’s Project, loin du Neo Progressif, la part belle aux guitares, mélodie d’une implacable efficacité.

Le groupe YES est Depuis toujours une référence musicale pour Chris Postl, d’ou la reprise du morceau « Long Distance runaround » paru sur l’album « Fragile » en 1971. Exercice difficile que celle de la « cover », mais mission accomplie avec Christina Booth au chant, pour  transformer ce titre en une superbe balade ou la guitare et le piano ont une place prépondérante.

Certes la musique est plus simple, avec « Lift Me Up » et « Journey’s » deux belles balades qui regorgent encore et toujours d’arrangements et d’une instrumentation tirée au cordeau.

l’Orgue de barbarie en introduction sur « Walls in My Mind » et une première partie trompeuse, nous entraîne dans un rock progressif avec une recherche poussée dans la variété des ambiances.

Deuxième reprise, celle de SUPERTRAMP un groupe dont Chris Postl est fan, « Two of Us » un titre composé par Roger Hogdson pour l’album « Crisis what Crisis » en 1975. et une nouvelle fois un sans faute avec la voix de Christina Booth, un bijou qui nous réchauffe le coeur.

« No Belief » un départ langoureux, sur tapis d’orgue, puis des parties instrumentales plus rythmées, lorgnant vers un rock plus basique.

Morceau de bravoure « Hiding Out » nous emporte plus de huit minutes, dans une variété d’ambiances progressives à souhait, la voix reste chaude (parfois à la limite de la justesse) et toujours des superbes claviers et une guitare acoustique et électrique floydienne.

Un superbe travail de Chris Postl et de ses amis pour la réalisation de cet album.


Genre:
  Rock Progressif
Visiter le site de PARZIVALS EYE
cette critique a été partagée 0 fois
 100
A propos de

 Gabriel

  (321 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n’ai cessé d’écouter et d’apprécier ce style musical.
Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.